étudier aux USA, la vie d'expat, travailler aux USA

Trouver un emploi aux Etats-Unis : Comment rédiger son CV ?

November 25, 2016
rediger le cv americain -carolinethecity

Après des mois à me dire qu’il fallait que je fasse un article sur ce sujet, je me lance enfin !
Si vous êtes à la recherche d’un travail ou d’un stage aux Etats-Unis, vous serez très probablement confronté à la rédaction du fameux CV.
Même s’il y a évidemment quelques similitudes avec le CV français, il existe cependant des différences non négligeables, qui peuvent vraiment vous porter préjudice si vous ne les suivez pas.
Du design au contenu, c’est parti pour tout ce que vous devez savoir sur le CV américain !

Avant de commencer, sachez qu’aux Etats-Unis, le CV se dit « resume ».

Petit disclaimer : je suis loin de tout savoir et de connaître tous les secrets utilisés par les ressources humaines américaines au niveau de leurs critères de sélection ! N’oubliez pas que chaque services RH a ses critères et qu’il est aussi très difficile de faire des généralités car chaque industrie a des codes différents. Un peu comme en France ou un CV pour un cabinet d’avocat sera forcément différent que celui d’un graphiste !

Bon allez, maintenant que tout est dit, c’est parti !

Les différences et les similitudes du CV américain avec le CV Français

Comme dit un peu plus haut, sachez qu’aux Etats-Unis, un CV se dit « resume », mais les différences ne s’arrêtent pas là.

Première différence majeure, on ne met pas de photo sur le CV américain. Cela peut surprendre car en France c’est presque devenu obligatoire, alors qu’aux États-Unis c’est rédhibitoire ! Pour des raisons de discrimination, il est donc interdit de mettre une photo sur votre CV.

Evidemment, les choses changent de plus en plus avec les réseaux sociaux comme Linkedin qui permettent tout de même aux RH d’avoir accès à votre tête mais pour ce qui est du CV, pas de photo !

Deuxième différence, pas d’âge non plus ! pour les mêmes raisons que la photo, on ne met pas son âge sur le CV US.

Troisième différence, l’adresse n’est pas non plus obligatoire. Il faut mettre la ville évidemment, mais pas besoin de mettre l’adresse en entier.
Je vous recommande autant que possible de mettre une adresse basée dans la ville du poste ou vous postulez. Ca paraît un peu stupide de « mentir », mais si votre employeur voit que vous êtes dans une autre ville, voire un autre de pays, cela va tout de suite vous pénaliser car cela implique que vous déménagiez, que vous allez avoir besoin de trouver un appartement, de vous installer et de vous adapter. Même si c’est le cas, il ne faut pas que cette information devienne un handicap pour vous.

Au niveau du format, là on reste très semblable au CV français, une page maximum.

Pour le design, là on s’attèle à un sujet un peu plus compliqué. Plus compliqué car il est beaucoup plus difficile de faire des généralités sachant que chaque industrie a des attentes un peu différentes. Cependant, il faut reconnaître que les CV américains sont beaucoup plus sobres que les CV français.
En France, lorsqu’on est dans la Communication / Marketing / Graphisme, les RH attendent de la créativité et un CV qui sorte du lot. Ici c’est un peu différent. On peut s’accorder un peu de folie avec de la couleur mais rien de bien fou, car vous risquerez d’être éliminé bêtement, pour ne pas avoir respecté les règles.
N’hésitez pas à regarder des templates sur Google Image et vous verrez qu’ils sont vraiment attachés à une certaine mise en page.

Pour les métiers créatifs, ils s’attendent évidemment à ce que vous ayez un portfolio en ligne où vous pourrez montrer vos talents.

Petit détail avant de s’atteler à la rédaction, gardez en tête que le format A4 n’existe pas aux US. Cela paraît bête mais le format type américain (qui se dit US Letter) est plus large / moins long que notre A4 à nous. Du coup, ne vous faites pas avoir, car vous risquerez d’avoir des parties tronquées si le recruteur en face de vous décide de l’imprimer.

Comment rédiger son CV pour trouver un travail aux Etats Unis

Bon, vous avez à peu près une idée de ce fameux CV américain, maintenant il serait temps de le rédiger !

On n’oublie pas, on excède pas une page, et on opte pour un design sobre et épuré.

En haut de la page, mettez donc vos informations personnelles, votre nom, prénom, ville, email et numéro de téléphone.
Vous pouvez également ajouter votre Linkedin et vos réseaux sociaux si vous pensez qu’il est intéressant pour les ressources humaines ou le recruteur d’y accéder.

Par exemple, recherchant un poste dans les réseaux sociaux, j’ai donc indiqué l’adresse de mon blog et de mon compte Instagram, car cela me semblait pertinent par rapport au poste auquel je postulais.
 
Une autre information majeure à mentionner en haut de votre CV, c’est votre statut de visa ! Si le recruteur voit que vous êtes français, il va tout de suite se dire que vous avez besoin d’un sponsoring. Si vous avez l’autorisation de travailler aux Etats-Unis (Visa F-1 en OPT, Carte Verte,), mentionnez-le dès le départ. Si vous avez bel et bien besoin d’un sponsoring, mentionnez-le également, en précisant le type de visa que vous recherchez afin de montrer à votre potentiel employeur que vous savez ce que vous voulez.

Pour avoir discuté avec de nombreux recruteurs depuis 4 ans, ils m’ont confié qu’il n’y avait rien de plus frustrant que de ne pas savoir si le candidat avait besoin d’un visa ou pas. Soyez honnête !

Ensuite, on passe à l’introduction. Les recruteurs sont très friands de cette petite phrase dite « Summary », qui est en gros un résumé de vos objectifs, vos capacités et ce que vous recherchez précisément. C’est un peu votre slogan, et c’est aussi ce qui doit donner envie au recruteur de continuer de lire votre CV. N’hésitez pas à l’adapter à chacune des candidatures que vous enverrez. Je sais, c’est contraignant, mais cela peut vraiment faire la différence !

Ensuite on passe à la partie études, dite Education. Alors cela va paraître logique pour certains, mais au cas où, n’oubliez pas de donner les équivalences de vos diplômes français.
Les américains n’ont par exemple, aucune idée de ce qu’est un BTS !

Voici les équivalents pour vous aider :

– Baccalauréat se dit High School Diploma
– DUT/BTS (Bac +2) se dit Associate Degree
– License (Bac +3) se dit Bachelor’s Degree in
– Master (Bac +5) se dit Master’s Degree

On passe ensuite à la partie Expériences Professionnelles (que vous pouvez mettre avant la partie Education), cela dépend évidemment de la pertinence de vos expériences et des dates d’obtention de vos diplômes.

Ah oui petit détail, inscrivez vos expériences dans l’ordre de la plus récente à la plus ancienne.
Au niveau de la description de vos expériences, mettez d’abord en avant le poste, puis le nom de l’entreprise. N’hésitez pas à préciser entre parenthèse l’industrie ou une petite description du domaine d’activité de l’entreprise. Une très grosse entreprise française ne sera pas forcément connue des ressources humaines US !
Lorsque vous décrivez votre expérience, favorisez le participe passé et les tirets plutôt que des longues phrases. Aussi, mettez en avant vos missions et vos résultats chiffrés. Les recruteurs aiment avoir des informations concrètes sur ce que vous avez fait. Par exemple, vous pouvez dire que vous avez « Managed 30+ clients, increased sales by 15% in 1 year, etc.
Les américains sont très « result-oriented ».

Pour d’autres exemples, n’hésitez pas à consulter cet article de l’Etudiant qui est assez complet.

En fonction de votre industrie, n’hésitez pas ensuite à indiquer les logiciels que vous maitrisez en les classant par catégories, puis évidemment les langues, et pourquoi pas vos hobbies. Evidemment, mentionnez toujours des hobbies qui peuvent faire sens à votre poste. Si vous postulez dans l’univers du tourisme, il peut être intéressant d’indiquer vos voyages, et si vous avez un blog sur vos aventures, mentionnez le aussi.

Autre petite chose que vous pouvez ajouter, ce sont vos « références ». En effet, si vous postulez à des postes à responsabilités, il y a de fortes chances que le recruteur vous réclame des références. Les références, ce sont des lettres de vos anciens employeurs vous recommandant. Vous n’êtes pas à l’abri non plus qu’on vous demande leurs coordonnées pour qu’il puisse directement les contacter.
C’est vraiment quelque chose de très courant donc ne soyez vraiment pas surpris et surtout, traduisez vos lettres de recommandations si vous ne les avez qu’en français.

Dernier détail qui je pense n’est pas négligeable. Soignez la traduction de votre CV et ne vous contentez pas de le traduire mot à mot ! Prenez le temps de rechercher le vocabulaire adapté et ne vous contentez pas de la traduction de Google qui peut parfois donner des résultats pas top, ce qui risque d’être rédhibitoire pour les recruteurs, surtout si vous vous prétendez être « fluent in English » !

Autres conseils pour appuyer votre candidature aux Etats-Unis

En plus de votre resume, vous aurez évidemment besoin d’y joindre votre lettre de motivation. Quasiment demandée dans toutes les candidatures, soignez la rédaction, évitez la traduction au mot à mot et évitez les phrases trop longues. Je sais qu’en France on a tendance à sortir de grandes phrases avec des jolis mots de liaisons, ici essayez d’aller droit au but sans trop de fioritures.

Enfin, prenez le temps, si ce n’est pas déjà le cas de vous créer un profil sur Linkedin et de le rédiger en anglais. Linkedin est un réseau social professionnel (gratuit pour sa version basique) qui vous permet de créer un profil en ligne et de décrire en détail vos expériences professionnelles. C’est un outil à ne vraiment pas négliger car il représente une vraie vitrine !

Si vous avez un portfolio, un site internet ou autre que vous pensez être pertinent dans votre candidature, n’hésitez pas à le joindre, cela permettra sûrement de vous démarquer.

Si vous avez besoin de plus de précisions, n’hésitez pas à m’envoyer un petit mail via la rubrique contact du blog, et sinon, c’est à vous de jouer !

Pour continuer dans ce domaine, vous pouvez également consulter mes conseils pour trouver un stage aux États-Unis et également pour trouver un travail aux États-Unis.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply