Conseils, la vie d'expat, vivre aux USA

5 erreurs à éviter quand on s’expatrie

August 1, 2017
erreurs expatriation

Article pas du tout prévu au programme, mais en regardant le fameux 66 minutes sur les français de Toronto (oui je sais, ça commence à faire, mais mieux vaut tard que jamais !), un énième reportage sur les français expatriés, je me suis rendu compte qu’au final de nombreux français faisaient le choix de s’expatrier en faisant les mêmes erreurs, qui sont pourtant à éviter !

Alors attention, je ne suis pas là pour donner des leçons, je suis d’ailleurs la première à les avoir commises – mais je trouvais ça intéressant de pouvoir mettre en garde de futurs expatriés, si vous passez par ici 🙂 – aussi j’en profite pour rajouter une petite note sur ces nombreux reportages – je sais qu’ils poussent aux clichés, mais au final, pas si loin de la réalité ;).

Evidemment, je sais que beaucoup de ces erreurs vont sembler évidentes, clichés voire extrêmes, mais après 5 ans à Los Angeles, croyez-moi, on en a entendu des choses !

En espérant que cet article vous plaise … C’est donc parti pour ces 5 erreurs à éviter lorsqu’on s’expatrie:

Comparer

Erreur number ONE de tout expat qui (ne) se respecte (pas), j’ai nommé … La comparaison ! Vous savez, cette fâcheuse habitude qu’on prend à commencer toutes nos phrases par « nan mais nous en France on … » vous voyez où je veux en venir ? Bannissez-la de votre vocabulaire, tout de suite ! Alors évidemment, c’est toujours intéressant de comparer avec nos amis locaux, de leur raconter notre quotidien français, mais allez-y à petite dose. Car si c’était si mieux que ça, en France, pourquoi vous êtes partis ? 🙂

Se plaindre

Activité favorite de tout Frenchy qui se respecte : se plaindre ! Alors oui je sais j’exagère, mais il faut reconnaître que nous sommes maitres en la matière. Au début, je pensais que c’était un cliché, qu’on avait cette étiquette sur le front, une sale idée reçue qui au final se trouve être un peu trop vraie. Je m’en suis rendue compte surtout depuis que je suis rentrée en France. Les ¾ des conversations sont basées sur des plaintes ! Cela paraît énorme et évidemment je n’ai pas fait une étude de marché pour vous sortir des chiffres fondés, mais il vous suffira d’aller faire un tour à la Poste pour vous fixer. Il fait trop chaud, trop froid, il faut remplir tel ou tel papier, et puis tel ou tel collègue nous complique la vie … Et ça, c’est malheureusement valable pour beaucoup de français de l’étranger également. À éviter, surtout si on veut s’adapter à la Positive Attitude omniprésente aux Etats-Unis !

Rechercher une vie identique à sa vie française

Erreur classique de beaucoup d’expatriés : vouloir retrouver absolument la « même vie » qu’en France. Avoir une boulangerie en bas de la rue, avoir des bons yaourts et du saucisson, tout en se plaignant des habitudes culturelles de son nouveau pays d’accueil. GROSSE ERREUR ! N’oubliez pas que vous êtes parti pour de bonnes raisons ! Alors évidemment, un petit croissant de temps en temps, ça fait toujours plaisir, mais le but d’une expatriation n’est pas de se (re)créer une vie identique. Croyez-moi vous risquez d’y perdre beaucoup de temps, et d’argent (le croissant à $3,99 tous les matins, ça risque de faire mal à la fin du mois !). Sortez de votre zone de confort et ne cherchez pas cette « ancienne » vie.

Rester entre français

THE chose à ne pas faire ! S’entourer de français peut vraiment être votre plus grosse erreur, surtout si vous venez juste d’arriver.

Beaucoup d’étudiants français venant apprendre l’anglais font le choix, par sécurité, de tout de suite se rapprocher des autres étudiants français pour se mettre en colloc : par pitié, surtout pas ! C’est le mauvais plan assuré pour revenir encore moins bilingue.

Même plus âgés, je déconseille vraiment de s’entourer uniquement de français. Je sais ça a tendance à rassurer. On vit la même chose après tout ! Mais cela risque de vite vous renfermer dans une bulle et de vous fermer des portes, et ça serait bien dommage. Évidemment, vous pouvez toujours vous créer un cercle très proche, mais surtout ouvrez-vous !

Garder « trop » de contact avec la France

Maintenant, avec les réseaux sociaux, Skype et les forfaits internationaux, garder le contact avec nos proches en France est devenu super easy. Et forcément, ça n’aide pas ! Rester « trop » connecté avec ses proches en France peut, sur le long terme, vous portez préjudice. A trop rester sur votre ordi ou sur votre téléphone, vous manquez à l’appel de nouvelles rencontres et nouveaux amis, dans votre nouvelle vie !

J’ai rencontré beaucoup d’étudiants et de jeunes expats qui étaient très angoissés à l’idée de ne pas faire tant de Skype par semaine, etc – allez y mollo et profitez de votre vie sur place, croyez-moi, en France, tout le monde pense fort à vous. 🙂

Et voilà, c’est tout pour l’instant ! Et vous, en tant qu’expat, avez-vous commis l’une de ces erreurs ? J’accepte toutes vos confessions en commentaires !

PS: Cet article est évidemment à prendre dans la demie-mesure. Tout n’est pas tout blanc ou tout noir, et rien n’est interdit ! Ce qui est important c’est d’avoir du recul sur la situation, et de prendre du plaisir dans son expatriation 🙂

You Might Also Like

12 Comments

  • Reply Léa, Good Morning Usa August 1, 2017 at 2:14 pm

    Personnellement, j’avais plutôt tendance à comparer en faveur des US et notamment en voiture. Les priorités à droite “qui n’existent pas”, la boîte auto et le feu rouge pas forcément synonyme d’arrêt.
    Encore aujourd’hui, je maintiens. En France, côté conduite, c’est un peu comment faire simple quand on peut faire compliqué ? (mais ce n’est que mon avis)

  • Reply Léa, Good Morning Usa August 1, 2017 at 2:15 pm

    Ou plutôt pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué :), c’est mieux

    • Reply Caroline Szpira August 1, 2017 at 2:27 pm

      Ahah alors la pour le coup tu prêches une convaincue, leur code de la route est clairement bien plus “logique” à mon sens !

  • Reply The Frenchy Way August 1, 2017 at 5:00 pm

    Excellent ton article. C’est rigolo mais moi aussi je suis comme Léa. J’ai tendance à comparer en faveur des américains sauf pour la nourriture (désolée). Le code de la route je dis oui et surtout, leur savoir vivre et la positive attitude. On a des leçons à prendre en France !

    • Reply Caroline Szpira August 1, 2017 at 5:06 pm

      Ahah c’est marrant, je crois qu’on est bel et bien toutes d’accord niveau code de la route … Mais c’est clair que pur la nourriture, c’est une autre paire de manches !

  • Reply Tiphaine in Cali August 1, 2017 at 8:13 pm

    Je suis d’accord avec plein de choses que tu dis mais c’est vrai que de temps en temps c’est bien sympathique un pain au chocolat, mais pas tous les jours, ni même toutes les semaines (à $5 en général dans la Silicon Valley, ça refroidit pas mal ;-))
    S’ouvrir à une nouvelle culture et ne pas comparer est très important et c’est assez plaisant de ne pas entendre tout le monde se plaindre, je te rejoins là-dessus.
    Après je suis d’accord qu’il ne faut pas s’entourer que de français mais pour tout te dire je trouve très compliqué de réussir à avoir un semblant de relation avec un(e) américain/ne.
    Ils sont sympas mais de loin. Après je suis en recherche d’un nouveau job, je changerai peut-être d’avis avec le temps 😉
    En tout cas très sympa ton article.

    • Reply Caroline Szpira August 2, 2017 at 7:08 am

      Hello Tiphaine, merci pour ton petit commentaire – ça fait toujours plaisir ! Évidemment ces erreurs / conseils sont à prendre avec des pincettes, ce n’est pas tout blanc ou tout noir (et heureusement d’ailleurs !) – je te rejoins complètement concernant l’amitié à l’américaine, c’est assez compliqué … Mais je partageais surtout ce point pour les jeunes étudiants français qui viennent en école de langue et passent les 6 mois sur place … Entre français ! Je trouve ça tellement dommage de revenir encore moins bilingue qu’au départ !

  • Reply Elsa August 2, 2017 at 3:11 pm

    Moi, je ne l’aime pas cet article. Il est stigmatisant pour les gens qui peut-être auraient eu un peu plus de mal à s’adapter que les autres, ou auraient pris un peu plus de temps. Tu encourages à renier notre culture et surtout, je pense que tu prends les expats pour des idiots.

    Comparer. Comparer la culture dans laquelle on vit avec celle d’où l’on vient, c’est tout à fait naturel et ça a un nom : ça s’appelle de l’ethnocentrisme et c’est un peu inévitable. Et comparer, c’est plutôt sain. Ça veut dire qu’on est capable de prendre du recul et de voir ce qui va chez soi, ce que ne va pas dans le nouveau pays et ce qui y va. Je ne vois pas comment on pourrait embrasser totalement une culture si différente de la nôtre (la culture américaine) sans y réfléchir, sans comparer. C’est totalement idiot et utopiste. Il y a du bon à prendre chez nous et ici aux US. On a le droit de comparer.

    Se plaindre. Bravo les cliches sur les Français. C’est peut-être vrai pour beaucoup de français, mais évidemment pas tous. Mais qui es-tu pour dicter aux gens ce qu’ils doivent et ne doivent pas faire ? Et puis c’est bien prendre les expatries pour des idiots. Arriver dans un nouveau pays, c’est s’adapter, réapprendre des interactions sociales et très vite comprendre qu’en effet, aux US, on ne se plaint, on positive et on avance. Aimer ou ne pas aimer cette approche, se rendre compte que en effet si on se plaint beaucoup, ça risque de ne pas avoir une résonnance énorme ici. Mais je pense que les expats ici ont justement cette clairvoyance nécessaire et ce désir de ne pas tomber dans les cliches que l’on prête aux français.

    Rester entre français. C’est ce point qui m’a le plus fâchée dans cet article. Parce qu’évidemment les français choisissent tous de rester entre eux. C’est un choix conscient que d’exclure les autres gens de leur cercle d’amis. Parce que tu as beaucoup d’amis américains toi ? Moi, quasiment pas. C’est extrêmement difficile de se faire des amis américains. Ils sont très lointains, secrets et pas toujours très profonds. Ils approchent les interactions sociales à l’inverse des français. Beaucoup de commentaires a ce sujet d’ailleurs. 3 ans que je suis à LA et peut-être un vrai ami américain. Un seul, alors que j’ai toujours bosse dans boites américaines. Beaucoup d’autres nationalités dans les amis, mais aussi une majorité de français. Parce que là encore, en tant qu’humains, on va vers ce qu’on connait et il n’y a aucun mal à ça. Il faut accepter que tu n’auras probablement aucun vrai ami ici aux US et donc les chercher ailleurs… Et souvent, ce qui réunit les gens c’est ce qu’ils ont en commun.

    Garder Trop de contacts avec la France. Non, mais sérieusement ??? Encore une fois, qui es-tu pour juger de la fréquence adaptée pour communiquer avec les siens ? Qu’on soit étudiant, parents expatries, les gens font ce qu’ils veulent et faire un skype par semaine avec parents ou amis n’a jamais empêché de s’adapter à un nouveau pays, ou à une nouvelle culture.

    Ton article est un condense de « j’enfonce des portes ouverts », je « juge » et je « donne des conseils de vie qui ne regardent que les personnes concernées ».

    Et si des personnes te lisent et se retrouvent dans ce que tu as écrit ? Il se passe quoi ? Le but de ton article, c’est quoi ? Les aider à se sentir mieux tout en leur expliquant qu’ils ne font pas ce qu’il faut ? Et si tes conseils ne s’appliquaient qu’à toi ? Il y a un code du parfait petit expat ? J’espère que non, car s’expatrier, ce n’est pas juste déménager. C’est tout réapprendre, parfois dans la dureté, c’est avoir des chocs culturels, se prendre des murs. Et quand on se prend des murs, on cherche du réconfort qui vient souvent du pays d’origine. Donc, personnellement hors de question de renier mes origines, ni d’oublier ma culture, ni de ne pas vouloir conserver un semblant de vie qui fait que la France et la culture françaises sont si chouettes (et pour le pain au chocolat tous les matin, y’a pas que le portefeuille qui souffre, y’a les fesses aussi :- )). On peut prendre le meilleur de ces deux cultures fabuleuses mais radicalement opposées. C’est pas interdit, c’est pas honteux de ressentir du manque de son pays d’origine non plus et de se réconforter dans ce qui nous est familier sans pour autant rejeter la culture dans laquelle on a atterri.

    • Reply Caroline Szpira August 3, 2017 at 11:21 am

      Bonjour Elsa,

      Je te remercie pour ton commentaire, c’est rare que les gens prennent autant le temps de me répondre ainsi – crois moi celui-ci, je ne l’avais pas vu venir !
      Tout d’abord, sache que j’apprecie ton point de vue, et qu’en aucun cas je suis la pour donner des leçons. Je n’ai jamais eu envie de passer pour une madame je sais tout et encore moins pour juger l’expérience de qui que ce soit. Comme je l’explique souvent, chacun vit son expatriation comme il l’entend, et si ça fait plaisir à un tel ou un tel de dépenser son salaire en Comté et de passer ses soirées sur Skype avec ses proches en France, et bien qu’il le fasse, si cela le rend heureux !

      Je crois qu’il faut aussi prendre ses “mesures”/”erreurs” que je mentionne à demie mesure – en même temps c’est très français de voir tout blanc ou tout noir, mais ça c’est un autre débat ! Évidemment qu’il faut comparer, évidemment qu’il faut prendre des nouvelles de ses proches, et évidemment qu’avoir des amis français est important. Mais ce qui est important aussi c’est de faire la part des choses, et c’était ça que je voulais que mes lecteurs comprennent.

      Concernant le but de mon article, il n’y en a aucun précis, je n’ai pas la vocation de réinventer l’expérience de chacun, ni de dicter sa vie au futur expat qui me lira. J’avais juste envie de partager une petite partie de mon expérience, conseiller sans forcer et peut-être rappeler des souvenirs à certains.

  • Reply Joli Tropisme August 3, 2017 at 7:49 am

    C’est tellement vrai. Depuis notre arrivée à Kigali, on a constaté la même chose. Chez les français mais aussi les belges. Il faut dire que dans mon cas, je ne suis pas expatriée , on a decidé de s’installer ici à priori définitivement. Du coup, on s’intègre et on constate que pour les autres, parfois ici pour seulement deux ou trois ans, ils trouvent plus rassurants de rester entre eux. Et entre eux évidemment on compare tout à Bruxelles alors que c’est tellement incomparable et que surtout ça ne peut que générer des frustrations.

  • Reply MArie August 7, 2017 at 6:27 am

    Je ne suis pas d’accord avec toi…enfin pas totalement. Je m’explique.

    Perso je vis en Corée du sud depuis 2ans. Alors certes au début tu te dis “nan nan pas de français, il faut que je rencontre des coréens blablabla”. Mais la différence culturelle est telle que si tu comptes sur les coréens qui ne parlent quasiment pas anglais, t’es plutôt dans la merde. Et là je ne parle même pas du racisme qui est omniprésent en Corée.
    Donc oui, à l’heure actuelle mes amis sont français.
    Ca ne m’empêche pas de parler coréen, au travail, tous les jours…

    Le contact avec la France… Perso j’ai ma soeur jumelle au téléphone tous les jours. Parfois c’est tellement dure moralement que ça me fait un bien fou. Les amis qui partent au bout de 6 mois ça arrive tellement souvent qu’à un moment tu pètes des plombs…

    La bouffe…Franchement la bouffe coréenne ça va 2min, mais entre méga épicé et méga fade, ou alors méga trop d’OGM ou méga trop de viande… Je ne crache jamais sur un petit pain au chocolat ou sur une bonne crêpe bretonne ! D’ailleurs cuisiner français chez moi ne me coute pas les yeux de la tête. Pas plus qu’en France.

    Enfin bon… parler de l’expatriation c’est tellement vague/vaste. C’est une expérience de dingue. La plus dingue de ma vie, c’est sur. Mais honnêtement je pense que la différence culturel entre Paris et Los Angeles n’est pas la même que celle de Paris- Seoul. Et donc incomparable.

    Bonne journée 😉

    • Reply Caroline Szpira August 7, 2017 at 9:20 am

      Hello Marie, et merci pour ton commentaire ! Je crois que mon article a été mal compris, car jamais je n’ai dit que j’interdisais de manière catégorique de voir des français et d’appeler ses proches ! Évidemment que c’est vital dans la réussite d’une expatriation, dans n’importe quelle partie du monde. Beaucoup de parents et d’étudiants me lisent, et je sais par expérience que beaucoup viennent et se mettent en colloc avec des français, ne sortent qu’avec des français et s’en résulte, après 6 mois sur place, qu’ils parlent encore moins bien anglais qu’à l’aller ! J’exprimais donc mes conseils dans ce sens là, et non comme une remontrance à des expatriés qui sont la depuis 10 ans et qui gèrent très bien leur vie 🙂

    Leave a Reply